Rencontre Avec Les Coureurs : Léonor Marchand

10/23/18
WRITTEN BY: Léonor Marchand
FacebookTwitterEmail
 

Note de l’éditeur: Léonor était membre de l’équipe du marathon TCS New York City 2018 de Beyond Type Run. Pour en savoir plus sur l’équipe Beyond Type Run 2019 du TCS New York City sponsorisée par Dexcom + Tandem Diabetes Care, cliquez ici.


Quand as-tu commencé à courir?

J’ai commencé à courir quand j’avais 14 ou 15 ans. Je courais avec des amis de temps en temps. Le week-end, quand je n’étais pas avec des gens, j’aimais aller courir juste pour avoir un moment pour moi toute seule et j’appréciais cette bulle de décompression. Mais à l’époque, c’était juste une fois par semaine ou une fois toutes les deux semaines. Et il y a 2 ans, j’ai commencé à courir régulièrement et à perdre du poids rapidement, donc j’étais vraiment contente. Mais juste après, on m’a diagnostiqué un diabète de type 1, donc en fait c’était pas la course qui me faisait perdre du poids…!

Comment ton diagnostic a-t-il affecté votre façon de courir?

Quand je suis sortie de l’hôpital, je suis allée courir un 10 km, j’étais stressée et je me suis rendue compte qu’il était difficile de gérer ma glycémie pendant et après la course. Mais ça m’a aussi permis de réaliser que je pouvoir toujours courir. Et j’ai commencé à vouloir courir de plus en plus, juste pour me prouver à moi-même et prouver aux autres que je pouvais le faire. J’ai commencé à vraiment apprécier la course et j’ai décidé de courir un semi-marathon pour collecter des dons pour la cause du diabète de type 1. Il y a exactement un an, j’ai couru mon premier semi-marathon.

En quoi ton entrainement pour le marathon est-il différent de celui pour le semi-marathon de l’année dernière?

L’année dernière, lorsque je m’entrainais, c’était la première fois que je courais plus de deux fois par semaine. C’était donc nouveau, mais pas aussi “professionnel”, cadré. Cette année, je suis un plan d’entraînement précis, et c’est complètement différent. Un marathon, si vous ne vous entraînez pas sérieusement, il est impossible de le finir, ou du moins très difficile. Je cours trois fois par semaine depuis neuf semaines. Et il me reste 3 semaines. J’ai l’impression d’en savoir plus sur moi-même, sur la manière dont ma glycémie va réagir et sur mon corps, de sorte que je me sens plus en contrôle que l’an dernier.

Quelle est la distance la plus longue que tu aies jamais courue?

Dimanche dernier, j’ai couru 33 kilomètres, avec 561 mètres de dénivelé !

Comment gères-tu ton diabète?

Quand on m’a diagnostiquée, j’étais sous stylos d’insuline, mais beaucoup de gens me disaient qu’ils étaient très satisfaits de leur pompe Omnipod et que je devrais y songer. Au début, j’avais peur de faire un changement de plus et de devoir m’habituer à un nouvel appareil. Mais avec le temps, je courais de plus en plus, et c’était agaçant de devoir manger beaucoup de sucre chaque fois que j’allais courir. Quand j’ai décidé de courir le marathon, j’ai compris que j’allais devoir courir longtemps et plusieurs fois par semaine, et que la pompe à insuline devenait vraiment utile et indispensable. La pompe que tout le monde me disait de choisir était Omnipod parce que c’était facile et que vous n’avez pas les fils et tubulaires. J’ai demandé à mon médecin si je pouvais avoir l’Omnipod et il m’a répondu oui, bien sûr. En fait, il me l’avait déjà recommandé l’Omnipod 6 mois plus tôt, mais je n’étais pas prête à changer. Maintenant que j’ai fait le changement, je réalise que c’était vraiment plus facile pour la course à pied et pour la vie quotidienne. Avec les stylos, je restais avec une glycémie un peu haute, parfois pendant des heures, puis j’ajustais au repas suivant. Je peux maintenant ajuster ma dose d’insuline tout au long de la journée. Avec l’Omnipod, je suis beaucoup plus en contrôle. Le plus utile, c’est la fonction de débit basal temporaire. Quand je vis courir je baisse ma basale de 50 à 90% et ça me permet de courir beaucoup plus longtemps le réduisant le risque d’hypoglycémie et le besoin de manger du sucre.

Comment surveilles-tu ta glycémie?

Au début, j’avais le lecteur de glycémie Accu-Chek, l’appareil où on doit se piquer au doigt pour avoir la goutte de sang, mais maintenant j’utilise le lecteur Freestyle Libre. Je l’utilise absolument tout le temps, et c’est très utile pour la course parce que je peux prendre ma glycémie régulièrement, environ toutes les 20 minutes. Ce qui est utile, c’est qu’il me dit si mon taux augmente ou diminue afin que je puisse voir les tendances et pas seulement un moment précis.

Qu’est-ce qui vous enthousiasme le plus pour le marathon?

Déjà, c’est à New York – pour moi c’est incroyable! C’est l’un des marathons les plus prestigieux au monde et je me sens très chanceuse de pouvoir y participer. Je suis heureuse de courir au profit d’une cause et pour une association; cela n’aurait pas la même signification si ce n’était pas le cas. Et je suis ravie de rencontrer le reste de l’équipe et de courir avec tous ces types 1 inspirants. C’est déjà quelque chose que je fais en France, je cours avec l’équipe Type 1 Running Team. Et c’est toujours aussi agréable. On est tous des types 1, mais on n’est pas là pour parler de diabète. On fait simplement quelque chose qu’on aime avec des gens qui comprennent cet aspect de la course à pied et de notre vie. Et bien sûr, je serai heureuse de pouvoir dire que j’ai couru un marathon ! C’est quand même pas rien !

Qu’est-ce qui t’inquiète le plus?!

À peu près tout. Je suis vraiment nerveuse. Je vais être stressée et j’ai peur de faire quelque chose que je ne devrais pas faire. Quand je m’entraîne, même quand je cours 33 km, je ne suis pas stressée, je reste calme et je contrôle tout, et tout se passe plutôt bien. Aussi, j’ai l’habitude d’aller courir juste après le réveil. À New York, je vais me lever à 5h du matin et courir seulement à 10h40. Je suis stressée par ces 5 heures où il faudra trouver le point de départ, s’organiser sur place, et gérer la glycémie!

As-tu eu des moments très difficiles pendant que tu courrais?

Au début, peut-être les deux premières semaines d’entraînement, je sortais courir avec tout juste le sucre que ce dont j’avais besoin. Une fois que je suis allée dans un parc, j’étais très loin de chez moi et le parc était presque vide. Ma glycémie descendait rapidement et j’avais mangé toutes mes barres de céréal et pâtes de fruit et ma glycémie ne remontait pas. Je n’avais plus rien sur moi pour me re-sucrer et il n’y avait personne autour de moi… Mais finalement ça a fini par remonter. Maintenant, je m’assure simplement d’avoir toujours plus de sucre que nécessaire sur moi.

Quels sont tes projets après le marathon?

Je suis sûre que je vais trouver un autre projet. Je vais continuer de courir régulièrement et j’envisageais de courir le marathon de Paris en avril. Mais c’est un peu proche du marathon de New York, alors peut-être que le semi-marathon de Paris serait bien… Je veux trouver un autre défi, dans tous les cas.

Quel conseil donneriez-vous aux personnes atteintes de diabète de type 1?

Il est important de savoir que même si la seule chose que vous avez faite aujourd’hui est simplement de survivre, c’est déjà génial. Ce n’est pas si facile de vivre avec le diabète de type 1, et passer la journée sans trop de problèmes est déjà un gros défi. Rencontrer d’autres personnes atteintes de diabète de type 1 aide également beaucoup. Au cours de la dernière année, j’ai rencontré de nombreuses personnes diabétiques de type 1 et cela m’a été très utile – non pas parce que je veux parler de diabète avec elles – mais juste pour me sentir moins seule, pour sentir qu’il existe une belle communauté positive et solidair.


Pour en savoir plus sur l’équipe Beyond Type Run 2019 du TCS New York City sponsorisée par Dexcom + Tandem Diabetes Care, cliquez ici.



Léonor Marchand

Léonor est une jeune femme de 25 ans, dynamique et extravertie, qui vit à Paris. Elle est passionnée par les langues, la culture et les voyages. Elle grandit à Lyon en France et, à 18 ans, déménage à Lille pour étudier le commerce international et le management. Pendant ses études, elle vit à Melbourne en Australie et à Buenos Aires en Argentine. Elle voyage également à travers l'Asie, l'Amérique du Sud et toute l'Europe. Alors qu’elle travaille dans le marketing pour des marques de luxe, elle est diagnostiquée diabétique de type 1 le 9 décembre 2016. Ce choc lui donne la rage de vivre. Elle garde une énergie positive débordante et partage son aventure sur son compte Instagram @t1d.leonor.